Skip to content

penser ma néoruralité.

24/11/2013

.
je murmure les strophes d’un texte
à l’écho du machin-bruit dans ta chambre.
tenter de préparer notre transition
en la narrant au rythme de tes siestes.
.
je te vois courir à pleines jambes
explorer à cœur joie
couvert de boue de la tête aux pieds
devenir enfant du vent, des prés
.
et en urbaine, moi
j’ai du mal à m’imaginer
élever des enfants
de campagnes, de fermes
.
des êtres qui seront toujours
plus à l’aise, plus chez eux
plus natifs d’la place
que moi
.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :